vendredi 2 juin 2017

Vapeursdalcoolwave

Récemment, j'ai creusé un peu plus dans mon trip musical, et je suis retombé sur cette mouvance nommée Synthwave, ainsi que tout ce qui en découle : Retrowave, Vaporwave, Chillwave, et sans doute plein d'autres merdes qui se terminent en -wave

Ce genre de musique, pour faire simple, sonne comme les compositions des années 1980 voire début 1990, ou s'en inspire fortement, qu'il s'agisse de la production courante de l'époque ou des musiques de films.

Ce courant et ses assimilés, que j'aime beaucoup, couvrent un champ assez vaste, et ça va aussi bien des artistes qui singent purement et simplement la couleur musicale des années 1980, à ceux qui exécutent des productions plus orientées dancefloor à grands coups d'electro-rock efficace et endiablé, jusqu'à ceux qui se noient dans une electro-pop psychédélique et expérimentale faite de collages sonores exotiques.

Et là, je tombe sur un truc nommé Simpsonwave (ha tiens, encore un truc en -wave)...


En fait, ce sont juste des montages vidéo composés d'extraits d'épisodes des premières saisons des Simpsons. Les extraits sont modifiés, parfois lourdement (ajout d'un effet VHS, de grain, de distorsions, extraits superposés, couleurs baveuses ou saturées, etc), et présentent généralement les personnages dans des situations d'introspection, de doute, de tristesse, d'ennui. Le tout est accompagné d'une musique plus ou moins planante et / ou mélancolique le plus souvent issue du courant Vaporwave (Vaporwave qui, soit dit en passant, est un courant aussi bien musical que visuel).


Ce truc pourrait être une blague, un troll jouant avec les souvenirs d'une certaine génération de mammifères (celle qu'on nomme Millennials), comme pour mieux s'en moquer. 

Mais, bizarrement, ça marche. Quelque chose se produit et ne laisse pas indifférent. Entre l'universalité des Simpsons, et plus particulièrement des premières saisons (car tout le monde les a vues, ou presque, et est en mesure de reconnaître les épisodes), le fait que ces premières saisons des Simpsons nous ramènent presque 30 ans en arrière, le choix des extraits qui n'a rien d'anodin, les effets ("Ha, ces bonnes vieilles VHS") et l'accompagnement musical, voilà un combo qui dégouline de nostalgie, de mélancolie. Ou qui, parfois, vous embarque juste pour un délire.


Toutefois, cette nostalgie n'est-elle pas précipitée? N'est-elle pas fabriquée? Surfaite? Bourrée au chausse-pieds dans nos cerveaux? Et je ne parle pas que de la Simpsonwave, mais de l'ensemble des courants musicaux et / ou esthétiques qui pompent à mort les années 1980 - 90. 

À quoi bon cette récupération d'un passé pas si lointain, dont le résultat parvient même à rendre nostalgiques ceux qui ne l'ont pas connu? 


C'est de tout cela que me sont venus ces dessins, ou plutôt ces messages, telles des phrases jetées dans la rue.



Tous les dessins : Sans titre, encres à base d'alcool sur papier, 55 x 73 cm, 2017. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Fais-toi plaisir, lâche un coprolithe...